Abordez le lâcher prise par la symbolique de la mort

Les pratiques de prise de conscience, d’éveil nous demandent de lâcher prise. Se détacher du superflu n’est pas une évidence lorsqu’intervient le désir d’un résultat. La mort étant l’ultime détachement dans sa symbolique,  ne pourrait-elle pas nous aider dans cette recherche ?

La mort, une preuve du total « lâcher prise »

La vie terrestre est définie avec un début et une fin, le parcours de la naissance à la mort. Le dépouillement dans lequel se trouvent le nouveau-né  et le mourant prouve que chacun arrive et repart dénué de tout attribut.  Dans cette perspective, nous pouvons constater l’inutilité de toutes les possessions, émotions, attachements physiques et intellectuels. La mort prouve qu’il n’est nul besoin d’être en prise avec  des acquisitions de toutes sortes, car il est impossible d’emporter quoi que ce soit ! Alors pourquoi s’encombrer de bagages inutiles ?

Les petites morts

Toute votre vie, vous subissez de petites morts. La première est l’abandon du ventre de maman. Puis le départ dans la vie, l’école, l’abandon de la maison familiale, l’abandon du célibat, les premiers morts dans la famille, changement de travail etc. Chaque passage est une petite mort plus ou moins difficile, voulue ou non, elle nous permet de passer d’un état à un autre. Avez-vous remarqué qu’à chacun de ces évènements  vous avez laissé quelque chose sur le chemin. Vous l’avez constaté ou pas, mais à cet instant, vous avez lâché prise.

Lorsque survient la mort d’un proche.

Vous avez éprouvé toutes sortes d’émotions, de sentiments envers lui. Les vieilles disputes deviennent alors insignifiantes. Vos problèmes du moment sont relativisés. Tout devient futile. Ces instants emplis de gravité font oublier tout le reste.  Le mental ne pouvant pas gérer l’afflux d’émotions provoqué par le décès, plus les préoccupations quotidiennes, met en suspend les autres activités.  Observez ce moment, vous avez abandonné le tohu-bohu habituel pour laisser place à une seule préoccupation. Vous avez lâché prise sur vos pensées de tous les jours. Est-ce que ce relâchement a une influence sur votre vie ? Non. Rien ne s’est passé pendant que vous vous occupiez de votre défunt !

La mort c’est pour plus tard

Vous avez tendance à vivre comme si vous étiez immortel(le). En faisant abstraction de votre propre mort, vous donnez de l’importance à un ensemble d’évènements, pensées, émotions, possessions. Chaque jour étant une infime partie de ce que vous pensez être votre vie, vous ne lui donnez pas d’importance. Cet univers est faux, nocif, il vous éloigne de la vérité. Dans le même temps, il vous amène à remettre continuellement, à plus tard,  la perception d’Etre.  Conscientiser la possibilité de la mort à tout moment n’est pas dangereux. Prendre en compte cette hypothèse, permet d’être présent à soi aux autres en allant toujours à l’essentiel. Cela aide à abandonner  la puissance accordée aux pensées, possessions inutiles de toutes sortes.

Vivre avec la conscience de la mort

L’idée est simple, prendre conscience qu’à tout moment la fin peut arriver sans prévenir : aujourd’hui, demain, dans un an, dix ans… Si vous vous mettez  à vivre dans cette perspective, vous changez obligatoirement de regard sur la vie. Les disputes deviennent superficielles. Vous avez tendance à pardonner, à accepter la réconciliation.  La pression que vous vous mettez disparait. Les luttes, qu’elles soient intérieures à vous-même ou bien extérieures avec d’autres, sont adoucies, voire désintégrées ! Et quelle joie de rencontrer ses amis, ses proches comme si c’était le dernier jour ! Vu sous cet angle, vous irez vers ce qui est le plus important avec eux !

L’important et le futile

La prise de conscience de la présence de la mort, cette acceptation, donne toute sa valeur à ce qui est important et futile. Comment voit-on la vie s’il ne reste que quelques jours à vivre ? Les échanges sont emplis de vérité, d’amour, de pardon, de remerciements. Le présent est vidé du superficiel, il est pleinement l’Amour et le don. Le lâcher prise peut s’effectuer, ainsi, par la compréhension de la vie.

Bernard

Citation : “L’idée de lâcher prise nous terrifie mais, en réalité, c’est le fait même de vivre qui nous terrifie car apprendre à vivre, c’est apprendre à lâcher prise.”  Sogyal Rinpoché

D’autres articles
qui pourraient vous intéresser

Partagez sur votre réseau préféré
  • 22
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 22
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •